• Test Canon G1X mark II : le compact parfait ?

    banniere-test-canong1Xmarkii

  • Dossier : la « check-list » du matériel photo pour les vacances

    bannire-dossier-vacances20142

  • Interview : Réhahn vous dévoile sa vision du Vietnam dans une sublime exposition

    banniere-interview-rehan

  • Pentax Q-S1 : l’appareil micro hybride ultra fashion

    banniere-pentax-q-S1

  • Fuji : roadmap des objectifs 2014-2015

    banniere-fujiroadmap-lens-2014-2015

  • 6 appareils argentiques qui continuent de faire rêver

    Canon A-1

  • Test du Fuji X100S : le petit appareil du photoreporter ?

    banniere test fuji X100s

  • Plus que quelques jours pour tenter de couvrir les Vieilles Charrues avec Nikon

    bannière festival Nikon

  • Instaphotographers 2014, le livre photo des artistes d’Instagram

    Instaphotographers-banniere

  • Adobe Creative Cloud 2014 : Quoi de neuf pour les photographes ?

    Adobe Creative Cloud 2014-bannière

  • Nikon D810 : même définition mais nouveau capteur

    bannière Nikon D810

  • Test photo du Sony Xperia Z2

    banneire test xperia z2

Test photo de la redac’ – Le Sony NEX-6

Ecrit par Pyroclastique. Publié dans Matériels et Logiciel, Tests, Tests boitiers photo

Tagged: , , , , , , , , ,

Sony-Nex-6-Une

Publié le janvier 31, 2013 avec 2 Commentaires

Sony-Nex-6-avant

Sony-Nex-6-arriere

Aujourd’hui, nous continuons notre tour des boîtiers hybrides avec cette fois-ci le Sony NEX-6, qui reprend un grand nombre de caractéristiques des Sony NEX-5R et NEX-7.

Présentation du boîtier
À l’arrivée du boîtier à la rédaction Pixelistes, nous sommes tout de suite emballés par une très bonne prise en main, notamment grâce à sa grosse poignée et un bon décrochement en face arrière pour le placement du pouce.
Équipé d’un écran de 7,5 cm de diagonale, ce dernier affiche 921 600 pixels, ce qui permettra d’afficher les moindres détails de vos images.
Par contre, là, pas de tactile comme c’est le cas du NEX-5R. Étrange, surtout en reprenant la même ergonomie d’affichage que le 5R.
Dommage qu’à l’affichage des images (sauf en mode zoom) on perde une bande verticale d’un 1 cm à droite afin d’afficher le nom du bouton menu, celui pour le zoom et celui de la corbeille. Étonnant de voir la légende de ces 3 boutons sur l’écran et non pas directement sur le boîtier. Surtout que ce dernier n’est pas tactile.
En revanche, ce dernier est mobile, ce qui est un bon point pour les prises de vue à bout de bras, ou au ras des pâquerettes. Dommage que Sony n’ait pas poussé un peu plus loin en le rendant orientable à 180°, car là, ce sera seulement à la verticale.
Comme indiqué plus haut, il ne faudra pas non plus compter sur le tactile de l’écran du NEX-5R, dommage, car de nos jours, cela permet d’améliorer l’ergonomie des boîtiers tout en facilitant la vie des photographes et ce qui permet aussi de gagner en place, notamment pour avoir un écran plus grand.
Le Nex-6 est équipé d’un capteur CMOS de 16,1 MP, qui est le même que celui du NEX-5R. Ce sera la grande différence avec le NEX-7 (et le viseur) qui, lui, est équipé d’un capteur de 24,3 mégapixels.
Comme tous les hybrides de la marque, ce dernier propose la monture E avec la possibilité d’y monter des objectifs à monture A via l’adaptateur fourni en option.

Équipé de la connexion WiFi, le boîtier permet d’envoyer directement toutes les photos vers un ordinateur connecté au réseau à condition d’avoir installé le logiciel « PlayMemories Home » fourni avec le boîtier.
Il y a même la possibilité de visualiser les photos prises directement sur une télévision connectée, comme le fait le Samsung Galaxy Camera. Par contre, nous n’avons pas réussi à utiliser la fonction diaporama vers la télé connectée. Seul, l’affichage d’image par image a fonctionné.
Le boîtier permet aussi d’envoyer les photos vers un smartphone. Dommage que cette fonction ne soit pas plus aboutie, car il faut que le smartphone se déconnecte de son réseau WiFi actuel pour se connecter sur le point d’accès créé sur le boîtier.
Nous voyons qu’avec tout cela, l’intégration du WiFi sur le boîtier ne demande qu’à évoluer.
Espérons voir tous ces manques corrigés dans une prochaine version, voire même peut-être une mise à jour du boîtier.

La documentation fournie est aussi très succincte et comporte le minimum pour utiliser l’appareil. Malgré le fait que cette dernière soit fournie en 12 langues, il ne faudra pas espérer y trouver l’explication pour l’utilisation de fonctions pourtant basiques, comme le choix AF ou la mesure de lumière.
Heureusement que le CD fourni avec l’appareil contient cette documentation.

Une chose en revanche très intéressante est de pouvoir ajouter des fonctions (applications) à l’appareil via le logiciel fourni qui se connectera à un site Internet dédié (Play Memories Camera Apps).
Par exemple, la possibilité de piloter l’appareil via un smartphone ou une application permettant d’ajouter des effets à vos images.

Le capteur
Équipé d’un capteur HD Exmor CMOS de 23,5 x 15,6 mm (format APS-C) permettant des prises de vue de 16,1 Megapixels.
Le même qui équipe le NEX 5R.
Le capteur est associé au processeur BIONZ permettant de proposer de nouveaux modes de prise de vue, comme la fonction Panorama, qui est réalisée comme une séquence vidéo, en filmant, et qui est maintenant améliorée pour une meilleure gestion des personnes en mouvement, grâce à la détection de visages ainsi que la prévision de déplacement, mais aussi la prise de vue HDR qui combine deux photos prises avec un écart d’exposition pour maintenir des détails dans les très hautes et basses lumières. C’est enfin le mode Nuit à main levée qui combine six photos pour améliorer le rapport signal/bruit.

Autofocus
À détection de phase et contraste de 99 points (mise au point auto. avec détection de phase)/25 points (mise au point auto avec détection de contraste), nous constatons comme le cas de tous les appareils actuels, que la détection de phase limitera la zone possible de mise au point sur un tiers de l’image au centre. Dès que l’on sort de cette zone, l’autofocus passe en mode détection de contraste et de ce fait, est moins réactif.
Ce dernier propose 3 modes; Spot flexible (avec possibilité de choisir son collimateur), Centre et multi (automatique).

Obturateur
Mécanique et électronique de type plan focal, vertical-transversal, contrôlé électroniquement, ce dernier permet des prises de vue allant de 30 secondes à 1/4000 de seconde ainsi qu’un mode Bulb permettant de faire des prises de vue durant plus de 30 secondes.
La vitesse de synchronisation avec le flash est de 1/160 secondes ce qui le place en dessous de certains modèles comme le Fujifilm X-E1.

Mesure de lumière
La mesure de lumière se fait quant à elle via un capteur CMOS Exmor™ HD de 1200 zones.
Comme tout appareil digne de ce nom, la mesure de lumière permet d’utiliser 3 modes; Étendue (couvrant toute l’image), Pondérée centrale et spot.
Associée à la balance des blancs, cette dernière offre tous les choix possibles que l’on trouve actuellement et même un mode « Mesure ».
Comme pour l’autofocus, il est aussi bien entendu permis de mémoriser l’exposition via la touche de fonction AEL.

Iso
La plage couverte est de 100 à 25000 ISO. Nous verrons plus loin dans cet article les performances du boîtier concernant la montée ISO et sa gestion du bruit.

Flash
Le Sony NEX-6 est équipé d’un flash interne (nombre guide de 6 pour 100 ISO), et permet aussi d’utiliser un flash cobra comme le Sony HVL-F60M vendu en option.
Comme indiqué plus haut, la vitesse maximum de synchronisation avec l’obturateur est de 1/160 ce qui place le NEX-6 en dessous de ce que fait la concurrence à gamme équivalente.
Le boîtier permet de contrôler des flashs sans fil, à condition d’utiliser un flash externe compatible et monté sur le boîtier.
Il est tout de même étonnant de voir cette fonction dans le menu et d’avoir un message d’avertissement indiquant que le flash interne ne prend pas en charge cette fonction.
Un petit bémol que l’on retrouve aussi chez beaucoup de constructeurs, même en mode « flash forcé », celui-ci ne sort pas automatiquement, idem en mode tout automatique. Il est urgent de corriger cela et Nikon l’a déjà compris avec ses dernières versions Nikon One.
Autrement, le fonctionnement du flash permet toutes les possibilités. Automatique, forcé, synchro lente, synchro arrière (deuxième rideau).
Dommage de ne pas retrouver la fonction anti-yeux rouges dans le menu du flash, mais dans les réglages de l’appareil. Même si nous déconseillons l’utilisation de cette fonction pour tout un tas de raisons, nous ne comprenons pas la décision de ne pas l’avoir placée dans le menu du flash.

Question flash, Sony inaugure une nouvelle griffe porte accessoire et coupe donc de manière définitive  l’ancienne griffe développée à l’origine par Konika Minolta. Cette nouvelle griffe reprend enfin un format standard avec la particularité de disposer d’un nombre conséquent de connecteurs. Ces connecteurs devraient prochainement communiquer beaucoup plus d’informations entre le boîtier et l’accessoire connecté.

Sony-Nex-6-dessus

Viseur
Viseur de type OLED XGA Tru-Finder™, ce dernier possède un affichage de 100 %  avec une définition de 1024 x 768 pixels et propose un correcteur de dioptries de 4 m-1 à +1 m. Il s’agit du même viseur que le Sony NEX-7
Ce dernier propose de très bonnes performances et de ce fait, place aussi le NEX 6 parmi les meilleurs du marché dans sa catégorie.

L’écran
Ce dernier de type TFT large propose une définition de 921,600 avec 7,5 cm de diagonale.
Une fonction permet aussi bien entendu d’en ajouter la luminosité.
Comme évoqué plus haut, nous ne comprenons pas vraiment le choix de ne pas avoir inclus le tactile sur l’écran, si ce n’est pour ne pas faire de l’ombre au NEX-5R.
Quoi qu’il en soit, cela est bien dommage, surtout pour un appareil connecté qui plus est, permet de télécharger des applications de retouche photo. Les photos ne devraient pas être faciles à retoucher.
De plus, il est dommage que l’orientation de l’écran ne se fasse pas à 180°, notamment pour de l’autoportrait.
Enfin, le tactile étant absent, il est dommage de perdre une bande d’un cm pour afficher la légende de certains boutons.

Sony-Nex-6-ecran

Mode de prise de vue
Comme tout appareil de cette gamme, nous retrouvons les modes Auto, A, S, P, M, panoramique, modes scènes, bracketing et bien entendu un mode vidéo.
Question déclenchement et rafale, on retrouve un mode vue par vue, un mode rafale pouvant attendre 10 img/s, un mode télécommande et un retardateur paramétrable.

Vidéo
Dans ce domaine, on voit tout de suite l’expérience de Sony qui propose avec le NEX-6 tous les formats possibles.
1 920 x 1 080 (50p, 28 M, PS), 1 920 x 1 080 (50i, 24 M FX), 1 920 x 1 080 (50i, 17 M FH), 1 920 x 1 080 (24p, 24 M, FX), 1 920 x 1 080 (24p, 17 M, FH), 1 440 x 1 080 (25 images/s), 640 x 480 (25 images/s)
Le format d’enregistrement vidéo est de type standard AVCHD /MP4 et question compression, on retrouve du MPEG-4 AVC/H.264.
Question image vidéo, comme nous le voyons, la qualité est Full HD en 50img/s comme sur le NEX-5R. Avec l’objectif 16-50 mm qui possède une double commande de zoom : un bouton « poussoir » vertical, à gauche de l’objectif, permet de régler la focale en silence, tandis que la bague électronique au bout de l’objectif permet de commander un mouvement plus lent ou plus rapide, mais plus bruyant. Le premier sera donc surtout utile en vidéo, pour des transitions fluides, et le second en photo, pour choisir directement sa focale plus rapidement. On regrettera en revanche, l’absence d’une prise jack pour y adjoindre un micro externe.Cela est d’autant plus vrai avec la nouvelle griffe porte accessoire.

Supports d’enregistrement
Les images enregistrées peuvent être de type RAW (fichier .arw), RAW + JPEG, JPEG Fine, JPEG standard
Tout cela sur carte mémoire Memory Stick PRO Duo™, Memory Stick PRO-HG Duo™, carte mémoire SD, carte mémoire SDHC, carte mémoire SDXC.
Petite précision, l’emplacement de la carte aurait pu être mieux placé, s’il était de l’autre coté de la batterie, non pas à côté de la petite porte de fermeture, car pas facile à attraper.

Sony-Nex-6-dessous

Connectique
Sortie HD/HDMI®, USB 2.0 haut débit proposant le stockage de masse qui permettra d’avoir accès au contenu du boitier directement sur votre ordinateur.
Par contre, toujours pas d’USB 3.
On appréciera tout de même, la possibilité de recharger l’appareil sans sortir la batterie, juste en le connectant au chargeur USB.
Équipé d’une puce WiFi IEEE 802.11 b/g/n.
Par contre, on perd la connexion PictBridge™ qui permet de connecter l’appareil directement sur une imprimante afin de faire des tirages rapides. Il faudra donc obligatoirement passer par un ordinateur pour imprimer vos images.

Sony-Nex-6

Construction
Le boîtier est de construction « haut de gamme ». En acier, ce dernier est recouvert de matériaux de qualité ainsi qu’une très bonne finition. Dans ce test, nous avons eu l’objectif E 16-50mm f/3.5-5.6 OSS. Ce dernier s’allonge à l’allumage du boîtier et se rétracte à son extinction, ce qui permet d’en limiter l’encombrement dans le sac. Cet objectif possède aussi 2 possibilités de zoom. Une avec la bague en bout de fut, qui permet de choisir la focale voulue de manière très rapide, mais possède l’inconvénient d’être assez bruyant et n’est donc pas adapté à la vidéo. À cela s’ajoute un bouton poussoir sur le fut qui permet aussi de changer de focale, mais de manière plus lente et moins précise. En revanche, ce dernier est extrêmement silencieux et donc tout à fait adapté à la vidéo. Un très bon point que d’autres constructeurs pourraient reprendre pour limiter le bruit lors de changement de focale, notamment en vidéo.

Ergonomie
Là-dessus, pas grand-chose à redire, si ce n’est la légende de 3 boutons affichée sur un écran non tactile;
Tout le reste est très bien placé et la prise en main est  agréable, même si comme tout boîtier, il faudra un petit temps d’adaptation pour s’y retrouver.
Largeur 119,9 mm, Hauteur 66,9 mm pour 42,6 mm de profondeur et un poids de 287g boîtier seul.

Performances et autonomie
Le NEX-6 propose de très bonnes performances et est pratiquement tout de suite opérationnel à l’allumage (à peine une seconde). Étonnant de voir certains tests indiquant plus de 2 secondes au démarrage. Chose que nous n’avons pas constatée. Peut-être une version différente du firmware. À suivre…
Avec une cadence de prises de vue pouvant atteindre jusqu’à 10 images seconde, cela devrait satisfaire la plupart des besoins.
C’est plus du côté de l’autonomie que le NEX-6 pècherait.
Même si Sony annonce environ 360 clichés par charge de batterie, il ne faudra pas trop espérer jouer dans les menus si vous souhaitez atteindre ce chiffre.
Attention donc pour ceux qui y ajouteraient des applications qui demanderaient un temps d’affichage important.

Qualité des images
Comme nous pouvons le voir sur les résultats DxO, le Sony Nex-6 est très bien placé par rapport à la concurrence, même si de notre côté, nous sommes un peu restés sur la qualité d’image en montée ISO du Fujifilm X-E1 qui d’ailleurs n’est pas encore testé par DxO.
DxOMark-Nex-6

Voyons maintenant un peu nos images.
On remarque une montée du grain dès 800 ISO, assez étonnant au regard d’autres tests publiés par des confrères. Serait-ce les réglages qui seraient différents? D’autant que certains sites proposent des tests ISO se rapprochant des nôtres.
De notre côté, nous avons essayé de mettre le maximum de paramètres d’optimisation à 0, voire même désactivés pour certains.
Ensuite, à partir de 1600 ISO cela se dégrade fortement pour finir à 25600 ISO pratiquement inexploitables.
Comme nous le voyons et malgré le mode Priorité ouverture, le boîtier à largement sous exposé les images.
Nous referons prochainement un test afin d’optimiser l’exposition et voir si les résultats sont différents, ce qui risque tout de même d’être le cas.

Pour cette série, nous avons utilisé les réglages suivants:
- Objectif : E 16-50mm f/3.5-5.6 OSS
- Mode : Priorité ouverture
- Focale : 50mm (équivalant 75mm en 24 X 36)
- Ouverture : f/5.6
- Balance des blancs : Auto
- Espace colorimétrique : Adobe RVB
- Format de fichier : Jpeg fine
- Effet photo : Off
- Effet peau douce : Off
- Mode créatif : Standard
- Option Dynamique HDR :  Off
- Réduction de bruit ISO élevé : Normal

Image de référence à 100 ISO

Sony-NEX-6-100-ISO-610-1

100 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

Sony-NEX-6-200-ISO-1-Crop

Crop 100% – 200 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

400 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

Crop 100% – 400 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

 

800 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

Crop 100% – 800 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

1600 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

Crop 100% – 1600 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

 

3200 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

Crop 100% – 3200 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

6400 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

Crop 100% – 6400 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 6 Mo

 

12800 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

Crop 100% – 12800 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 7 Mo

25 600 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 5 Mo

Crop 100% – 25 600 ISO – Cliquez sur l’image pour l’afficher en haute résolution – Environ 8 Mo

 

Conclusion
Voici donc un très bon boîtier que se placera dans le fourre-tout comme deuxième boîtier, voir même comme boîtier principal.
Niveau ergonomie, dans l’ensemble, pas grand-chose à redire, sauf le manque du tactile, le WiFi, la fonction partage à améliorer, la perte de taille de l’écran d’un centimètre et ce flash qui ne sort pas automatiquement en mode auto ou flash forcé.
Tout le reste est très bien agencé et la prise en main est confortable.
Du côté qualité des images, rien à redire niveau colorimétrie et la balance des blancs font très bien leur travail, si ce n’est à 25600 iso où elles semblent perdues.
À part la montée du bruit électronique dès 800 ISO, surtout en environnement sombre. Comme nous le voyons aussi sur les images, l’appareil a tendance à sous-exposer. Les images tests ayant été faites en priorité ouverture et sur pied.
La synchro flash demanderait aussi à être un peu plus rapide.
Pour résumer, ce boîtier qui est le deuxième de notre série de tests d’hybrides arrive derrière le Fuji X-E1 en terme de montée en ISO, mais en première place en terme d’ergonomie.

Tarifs
800 € Nu (Tarif officiel conseillé Sony)
À partir de 739,90 € chez Miss numérique
À partir de 658,67 sur Amazon

up
  • Prise en main
  • Ergonomie
  • Écran orientable
  • Viseur électronique performant
  • WiFi
  • Possibilité d’envoyer les photos prises sur un écran de télé connecté, un ordinateur, un smartphone
  • Évolutif en y ajoutant des applications.
down
  • Montée du bruit dès 800 ISO
  • Écran seulement orientable en vertical
  • Pas d’écran tactile comme sur le NEX-5R
  • Perte d’une partie de l’écran pour l’affichage de légende de certains boutons
  • Fonctionnalités WiFi à faire évoluer
  • Pas de sortie du flash, même en mode « Forcé » ou « Auto »
  • Fonction « Anti-yeux rouges » hors du menu flash
  • Pas de GPS

Retrouvez ici la page Sony dédiée.

 

© Pixelistes

à-propos Pyroclastique

Parcourir les articles archivés par

2 Commentaires

Il y a actuellement 2 Commentaires dans Test photo de la redac’ – Le Sony NEX-6. Peut-être que vous voulez ajouter l'un des vôtres?

  1. Bonjour,
    Il est dommage que ce test soit fausse en raison d’une image de reference mal eclairee a la base (contrairement a celle utilisee dans le test du Fuji X-E1), ce qui explique le bruit apparent des 800 ISO. Les tests de ce boitier effectues sur d’autres sites contredisent d’ailleurs les resultats de celui-ci. Pour plus d’explications, ne pas hesiter a aller faire un tour sur le site qui a releve cette erreur: http://www.alpha-numerique.fr
    Meilleures salutations,
    Altair

  2. Malheureux de voir ce test avec une si grosse erreur de protocole…
    Dans le genre je suis dans l’erreur mais je persiste et SIGNE, sans doute une sponsorisation d’une marque tierce ?

rétrolien & ping

  1. Synthèse de l’actu photo de la semaine 05/2013 | Pixelistes

Laisser un commentaire