Sujet: Paris Photo 2010 : la meilleure édition depuis 14 ans

Modérateurs: Modérateurs, Rédacteurs

Poster une réponse

Paris Photo 2010 : la meilleure édition depuis 14 ans

par Ludonaute » Mercredi 24 Novembre 2010 23:51

Image

Communiqué de presse du 23 novembre 2010

Paris Photo 2010 : la meilleure édition depuis 14 ans

«Un très bon cru », « une formidable édition 14e édition », « l’une des meilleures éditions qu’il ait été donné de voir », tels étaient les gros titres de la presse saluant le succès de l’édition 2010 de Paris Photo qui a fermé ses portes dimanche 21 novembre.

La 14e édition, qui mettait à l’honneur l’Europe centrale, a accueilli 106 exposants de 25 pays et 38 000 visiteurs (contre 40 150 en 2009, une légère baisse due à la suppression de la nocturne du vendredi).

Une envolée des ventes :
Le rythme des transactions a été soutenu. La majorité des exposants ont mieux vendu qu’en 2009. Certains ont réalisé des résultats exceptionnels, «étonnants », « voire miraculeux » selon les propos de galeristes dont les attentes étaient plutôt réservées en raison d’un contexte économique morose et incertain.

-Pour le vintage :
Les ventes furent bonnes, même excellentes pour ceux dont les accrochages coïncidaient avec les expositions du moment (Heinrich Kühn au Musée de l’Orangerie, André Kertesz au Jeu de Paume, Les Primitifs de la photographie à la Bibliothèque nationale de France...) ainsi qu’avec les grandes ventes aux enchères et le thème de l’Europe centrale à l’honneur à Paris Photo. La photo du tchèque Josef Sudek appartenant à la galerie Johannes Faber a été adjugée 300.750 euros à la vente Sotheby’s, établissant un record mondial pour l’artiste, qui a généré de nombreuses ventes pour cette galerie viennoise exposante à Paris Photo. Elle a notamment vendu un autre cliché de l’artiste tchèque à 190 000 euros. Chez l’enseigne newyorkaise Edwynn Houk, le cliché « Arles » (1929) du hongrois Moholy-Nagy a trouvé preneur à 265 000 USD. Vintage Gallery de Budapest dont l’accrochage mettait en avant les modernistes hongrois a réalisé un chiffre d’affaires supérieur à 2009 (un total de 58 000 euros pour 22 vintages écoulés). Françoise Paviot a vendu son autoportrait de Man Ray (1932) à 75 000 euros et tous ses petits contacts de Brassaï de 1958 entre 2 500 et 4 000 euros. La galerie Obsis (Paris) à cédé un ensemble de vues de l’exposition coloniale de Paris en 1931 à plus de 100 000 euros à un musée parisien. Spécialisée dans la photographie anonyme, Lumière des roses (Montreuil) a vendu 2/3 de son stand et notamment 8 autochromes (1925/1930) à 7 000 euros de Léon Gimpel. Dans le sillage de l’engouement actuel pour les photographes ayant travaillé pour la mode (Avedon, Irving Penn, Guy Bourdin, Helmut Newton...), Hamiltons Gallery de Londres a cédé le fameux « Mainbocher Corset » (1939) d’Horst P. Horst, qui ornait son stand, pour 150 000 USD.

-Pour le contemporain :
La galerie des Filles du Calvaire (Paris) a enregistré son meilleur chiffre d’affaires à Paris Photo depuis sa première participation au Salon. Elle a vendu trois éditions du portrait « End of an Age Series, 1996-1998 » de Paul Graham à 24 000 euros pièce dont cette année à de nouveaux acheteurs turques. SAGE Paris a vendu la totalité de ses « maquette-light » (1999) du japonais Naoya Hatakeyama, soit une trentaine d’œuvres à 6 000 euros vendues notamment au Getty Museum (Los Angeles), au Museum of Fine Arts de Houston, ainsi qu’à une fondation brésilienne. La galerie berlinoise DNA a vendu 80% de son stand dont deux mises en scène grand format du japonais Tatsumi Orimoto à 38 000 euros chacune et deux vidéos de la bulgare Mariana Vassileva à 8 000 euros chacune. L’enseigne newyorkaise Yossi Milo a enregistré des résultats supérieurs à sa dernière participation au Salon en 2006 avec une quarantaine d’œuvres cédées entre 6 000 et 10 000 euros à de nouveaux acheteurs anglais, américains et français. Dopée par la remise du Prix BMW- Paris Photo 2010 à Gábor Ősz, la galerie Loevenbruck (Paris) a vendu 4 pièces uniques à 20 000 euros de son artiste hongrois.

-Pour le livre photographique :
Les ventes furent également excellentes pour les éditeurs de livre : Toluca a vendu 20 exemplaires sur 28 du livre « What Man is really like » de Rachel Whiteread, Ingo Shulze et Naoto Fukusawa proposé à 7 000 euros. Librairie 213 a cédé une vingtaine d’ouvrages incunables dont le plus cher à 12 000 euros. Le livre « Electricité » de Man Ray (1932) présenté par Denis Ozanne a trouvé preneur à 35 000 euros.

De beaux accrochages et de nombreuses découvertes :
L’ensemble des visiteurs, collectionneurs et directeurs d’institutions ont salué la haute tenue et la sélectivité des accrochages, la beauté des stands, et les nombreuses découvertes suscitées notamment par l’exploration des scènes polonaises, tchèques, hongroises, slovaques et slovènes, très riches en histoire photographique et aujourd’hui en pleine renaissance. Les expositions du Prix BMW - Paris Photo, « A juste titre » de Leica Camera et de la plateforme SFR – Jeunes Talents ont particulièrement séduit le public.

Paris, capitale mondiale de l’image.
Cette année le Salon Paris Photo a coïncidé avec la tenue de ventes majeures, dont celles d’Avedon chez Christie’s et celle de Sotheby’s, le trentième anniversaire du mois de la photo et sa déferlante d’expositions dans tous les lieux de la capitale, sans parler de nombreux événements « Off ». Plus que jamais, Paris Photo est le premier rendez-vous de la planète photo et Paris la capitale mondiale de l’image en novembre.

Paris Photo 2011 : De Bamako à Cape Town, la photographie africaine
Du 17 au 20 novembre 2011, la 15e édition de Paris Photo poursuit son travail de découverte et met à l’honneur la scène africaine de Bamako à Cape Town. Six plateformes viendront refléter la diversité de la création photographique de l’Afrique subsaharienne aussi bien historique que contemporaine. La sélection de ces plateformes est assurée par Paris Photo appuyé par le conseiller artistique Simon Njami*.

* Ecrivain, critique d’art et commissaire indépendant, Simon Njami a conçu l’exposition Africa Remix, le premier Pavillon Africain à la biennale de Venise (2007), avec Fernando Alvim, A Collective Diary (Tel-Aviv, 2010) et A Useful Dream, fifty years of photography in Africa (Bruxelles, Palais des Beaux-Arts, 2010). Njami a été le co-fondateur de Revue Noire et en a été le rédacteur en chef. Njami a dirigé la biennale de photographie de Bamako pendant dix ans et son dernier ouvrage paru est une biographie de Léopold Sédar Senghor (Fayard, 2007).

Photos: 1545
Ludonaute

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 19660

Inscription: 28 Jan 2009

Localisation: Valence

Boitier 1: - Nikon D600

Boitier 2: - Canon Powershot G16

Objectif 1: - Nikkor 28-105mm f/3.5-4.5D AF

Objectif 2: - Nikkor 70-210mm f/4-5,6 AFD

Objectif 3: - Sigma 21-35mm f/3.5-4.2

Objectif 4: - Sigma 20-40mm f/2.8 EX DG DF

Objectif 5: - Sigma 70-200mm f/2.8 EX DG OS HSM

Objectif 6: - Nikkor 50mm f/1.8G AF-S

Objectif 7: - Micro-Nikkor 105mm f/2.8G AF-S VR IF-ED

Objectif 8:

Objectif 9:

Objectif 10:

Flash 1: - Nikon SB-600

Pour les formations photo, c'est par
Et pour ma page facebook, c'est
Poster une réponse

Poster une réponse

Citer la selection
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron