Sujet: [Prise de vue] Pourquoi je suis passé au RAW

Modérateurs: Modérateurs, Rédacteurs

Poster une réponse

[Prise de vue] Pourquoi je suis passé au RAW

par peteshifter » Lundi 15 Septembre 2008 15:32

Qu’est-ce que le RAW et comment optimiser son utilisation.


Préambule

Ce qui va suivre n’est pas un traité exhaustif sur le RAW. Il s’agit simplement d’une sensibilisation à une technologie qui rebute, à tort, certains photographes amateurs.
Cependant, comme tout outil destiné à donner plus de contrôle à l’utilisateur, des pré requis sont souhaités voire indispensables à la compréhension de la globalité de cet article.
Ne seront pas développées ici les notions d’encodage RVB, de balance des blancs, d’histogramme et de bruit numérique.


1. Le RAW, qu’est-ce que c’est ?

C’est un format de fichier qui enregistre d’une part les données RVB brutes telles qu’acquises par le capteur et d’autre part les valeurs des paramètres d’optimisation du boîtier (balance des blancs, accentuation, saturation, etc.).
A l’inverse, des formats comme le JPEG ou le TIFF voient leurs données traitées dès la sortie du capteur. Les réglages du boîtier leur sont appliqués de manière destructive.


2. Quels sont les intérêts du RAW ?

2.1. On change tout

De ce qui vient d’être dit découle une évidence : si les paramètres sont enregistrés à part dans le fichier, c’est donc qu’on peut les modifier après la prise de vue.
Bien qu’il soit tout à fait possible d’intervenir sur un JPEG ou un TIFF, les modifications seront toujours plus destructrices sur des données déjà traitées que sur un signal brut.
Il suffit d’imaginer que l’on doive appliquer un flou à une photo prise avec une accentuation trop forte. Que resterait-il du subtil piqué de notre objectif favori ?
C’est encore plus vrai avec le paramètre de balance des blancs.
La balance des blancs impacte de façon profonde toutes les couleurs de la photo. Essayer de la corriger à partir d’un JPEG nécessiterait l’application de filtre de neutralisation (typiquement un bleu sur une image trop jaune à cause de l’éclairage incandescent). Cette neutralisation engendre une chute dramatique de la luminosité. Pour la compenser, il faut alors remonter les niveaux et inévitablement le bruit.

Toujours pas convaincu de l’utilité du RAW ? Le meilleur reste à venir !


2.2. Exposition et dynamique

Attention, ce paragraphe va être un tantinet technique. On parle moins photo qu’informatique.
En JPEG, les données sont codées à l’aide de 8 bits par couches. Qu’est-ce qu’un bit ? Une variable qui peut prendre les valeurs 0 ou 1 uniquement. Donc, avec 1 bit, j’ai la possibilité d’enregistrer 2 valeurs différentes au maximum (et une seule à la fois bien sûr).
Avec 2 bits, on passe à 4. Ah bon ? Et oui : 00, 01, 10 et 11.
Rassurez-vous, on ne va pas aller jusqu’à 8 bits…

On est en système binaire. Pour « facilement » calculer le nombre de valeurs codables avec une série de bits, on élève le chiffre 2 (binaire) à la puissance du nombre de bits.
Nous disions donc qu’en JPEG, on code sur 8 bits. 2 puissance 8 (qu’on notera 2^8) = 256. Voilà, on sait maintenant que chaque pixel de la photo dispose de 256 valeurs pour exprimer sa luminosité dans chacune des 3 couches (RVB).
Le RAW code en 12, 14 voire 16 bits. Arrêtons-nous à 12, la valeur la plus répandue.
2^12 = 4096. Super ! Mais quel intérêt ? C’est principalement au niveau des teintes extrêmes que les bénéfices sont les plus flagrants. Pour comprendre cela, il faut savoir comment l’appareil photo utilise les bits à sa disposition pour enregistrer l’information.

Pour commencer, il faut prendre en compte que chaque capteur possède une dynamique, qu’elle s’exprime en « diaph » et que chaque diaph est codé sur un bit.

Le schéma ci-dessous montre que tous les tons ne sont pas égaux devant les bits.

Image

Premier enseignement : la moitié des valeurs disponibles est utilisée par le premier diaph pour les hautes lumières ! (Voir chapitre 3.1 comment exploiter cette information).
Ensuite, il saute aux yeux que l’histogramme n’est pas linéaire puisque on accorde la même largeur d’affichage à 16 et à 2048 valeurs !

En ce qui concerne la comparaison entre le RAW et le JPEG, c’est tout vu !
Examinons ce qu’il se passerait à haute sensibilité au niveau du 7e diaph. Le bruit numérique, sorte de parasitage du signal capturé, modifie les couleurs et la luminosité des valeurs enregistrées. Imaginons une modification minime de 2 valeurs. Sur un total de 32 possibilités, un écart de 2 n’est pas catastrophique. Mais sur un maximum de 4 valeurs, la fidélité du signal en prend un sacré coup…

Dernier point à préciser pour les plus perspicaces d’entre vous : j’ai 8 diaph pour 12 bits. Y sont où les 4 bits qui restent ? Certainement pas sur l’écran de votre boîtier préféré puisque l’histogramme qu’il présente est une interprétation JPEG du fichier RAW. Bref, que vous preniez la photo dans l’un ou l’autre format, l’histogramme est identique, donc faux en RAW !
Les 4 bits supplémentaires se répartissent alors au-dessus et en dessous des limites de l’histogramme. On ne peut les retrouver qu’avec un logiciel de traitement RAW.

Les plus perspicaces des plus perspicaces cités plus haut se posent une nouvelle question : si je fignole mon exposition pour que mes tons les plus sombres et mes tons les plus clairs flirtent avec les limites basse et haute de l’histogramme, est-ce que j’utilise la totalité de la dynamique mise à ma disposition ? Réponse au chapitre suivant…


3. Tirer profit des avantages du RAW

3.1. ETTR et plus si affinités

On comprend rapidement que pour bénéficier d’un maximum de valeurs de codage (et donc minimiser les ravages du bruit), il faut « coller » l’histogramme le plus à droite possible. Le risque est bien évidement une surexposition des photos, que l’on corrigera dans un logiciel de retouche.
Cette technique est appelée « Expose to the right » ou « ETTR » (prononcez i-ti-ti-are pour briller en société). En Français, on parle d’exposition pour les hautes lumières. Voici un exemple d’histogramme « ETTRisé » :

Image

Rappelons que cette technique est utile pour amener les zones sombres où le bruit est très visible dans des plages de codage où il l’est moins. Il n’est pas indispensable de l’appliquer sur toutes les photos à ISO 100.
Elle est très pertinente en JPEG, éventuellement en RAW avec des capteurs à faible dynamique. Toutefois, en RAW avec des boîtiers plus récents, on se prive des précieux bits supplémentaires disponibles, en particulier ceux dédiés aux hautes lumières qui codent un grand nombre de valeurs. Il existe aussi des cas de scènes très contrastées où l’ETTR donnerait des photos beaucoup trop sous-exposées :

Image

Pour accéder aux bits « cachés », il faut donc délibérément cramer ses hautes lumières ! On les récupérera avec un logiciel de traitement RAW en sous-exposant (repoussant ainsi le bruit des zones sombres dans des valeurs non discernables par l’œil) ou en utilisant un algorithme spécifique de récupération des hautes lumières si les tons moyens sont correctement exposés.
Il faut cependant modérer un peu l’enthousiasme qui vous étreint à la lecture de ses lignes : comme on ne voit pas sur l’histogramme quelle quantité d’information bonus on a enregistré, la technique peut s’avérer périlleuse. En effet, la dynamique n’est pas infinie. Il arrive un moment où les hautes lumières sont véritablement cramées. On joue donc avec le feu… Il ne faut pas perdre de vue que l’histogramme n’est pas linéaire et que plus on va vers la droite, plus il y a de valeurs représentées dans un espace restreint.

Il existe néanmoins un moyen de s’assurer que l’on pourra récupérer les blancs surex : il suffit d’afficher non plus l’unique histogramme blanc mais plutôt tous les histogrammes des composantes RVB. Si les hautes lumières sont brûlées sur les 3 histogrammes, on est sûr de rien. Par contre, s’il en subsiste un sous la limite, d’une part on peut penser que les valeurs des 2 autres ne sont pas allées bien loin et d’autre part le logiciel de traitement RAW pourra reconstruire l’information.

Voilà, maintenant que vous connaissez ce qu’il faut de théorie pour exploiter au mieux l’exposition de votre boîtier, il ne reste plus qu’à passer à la pratique.

3.2. Le double « développement » RAW

Dans la très grande majorité des cas, le traitement du RAW en vue d’une conversion JPEG se passe très bien et on exulte chaque fois que l’on sauve les hautes lumières grâce au curseur de récupération. Mais d’autres fois, la dynamique est tellement énorme que l’on ne parvient pas à récupérer du détail dans les hautes lumières sans enterrer totalement les ombres ou inversement.

La solution ressemble fort à ce que l’on aurait fait à l’aide du bracketing et un trépied. On va utiliser la formidable dynamique du RAW pour « développer » deux versions du même fichier. La première sera claire, pour ressortir les détails des ombres alors que l’autre sera plus sombre pour ménager les détails des hautes lumières.
L’avantage du RAW c’est que le cadrage de vos deux photos est le même au pixel près, que vous ne stockez qu’une seule photo sur la carte mémoire et bien entendu que vous ne vous trimbalez pas un trépied !


Voici en image ce que l’on peut faire :

Image

La photo de gauche est ce que l’on obtiendrait de ce contre-jour si on exposait façon ETTR. Inexploitable.
La photo centrale est telle qu’elle a été prise, avec une sévère surexposition. La photo de droite est la résultante du mélange des deux, moyennant un petit réglage de densité du bleu du ciel pour essayer de conserver un aspect naturel. Personnellement, je trouve cette technique nettement plus convaincante que le HDR.


Conclusion

Voilà, la torture est terminée. A vous de faire vos essais.
Ne pas utiliser le RAW, c’est tout simplement brider son appareil photo et annuler ses chances de sauver une photo ratée pour cause de balance des blancs fausse ou d’exposition mal gérée.

Bien sûr, il n’y a pas que des avantages. La taille des fichiers, le fait qu’ils ne puissent être lisibles avant dématriçage et le temps qu’il faut pour les traiter (et donc les rendre lisibles) sont autant de freins à son adoption. Mais rien n’oblique à prendre toutes ses photos en RAW. On pourra le réserver aux photos les plus intéressantes ou à celles à la dynamique délicate par exemple.
A n’en pas douter, chacun y trouvera finalement son compte !

Photos: 488
peteshifter

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 8296

Inscription: 08 Fév 2008

Localisation: Savigny/Orge (91)

Boitier 1: - Nikon D800

Boitier 2: - Nikon F100

Objectif 1: - Nikkor 16-35mm f/4G ED VR II AF-S

Objectif 2: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 3: - Nikkor 70-200mm f/2.8G ED-IF AF-S VR

Objectif 5: - Nikkor 50mm f/1.4D AF

Objectif 6: - Nikkor 16-85mm f/3.5-5.6G ED AF-S VR DX

Objectif 8: - Tamron AF 90mm f/2.8 SP Di macro

Flash 1: - Nikon SB-900

Flash 2: - Nikon SB-800

Dernière édition par peteshifter le Lundi 07 Novembre 2011 5:06, édité 5 fois.
Publicité

par Charlie » Lundi 15 Septembre 2008 15:35

Article bien fait, peteshifter, et agréable à lire.

Photos: 2037
Charlie

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 39446

Inscription: 21 Mai 2007

Localisation: Auradé 32

Boitier 1: - Nikon D3s

Objectif 1: - Nikkor 17-35mm f/2.8D ED-IF AF-S

Objectif 2: - Nikkor 70-200mm f/2.8G ED AF-S VRII

Objectif 3: - Nikkor 300mm f/2.8D ED-IF I AF-S

Mise à jour de ...Moments... le 15/01/2013
Membre de Regard Perdu et d'oiseaux.net JMD oiseaux.net
Les oiseaux et autres bestioles
Mes paysages et le reste Ici et les villes Par là

par peteshifter » Lundi 15 Septembre 2008 15:41

Merci Charlie !
Tu l'as déjà lu :!: :?: :oinoin:
Les tuto, c'est un peu comme les petits plats, faut beaucoup moins de temps pour les manger que pour les préparer :mrgreen:

Photos: 488
peteshifter

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 8296

Inscription: 08 Fév 2008

Localisation: Savigny/Orge (91)

Boitier 1: - Nikon D800

Boitier 2: - Nikon F100

Objectif 1: - Nikkor 16-35mm f/4G ED VR II AF-S

Objectif 2: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 3: - Nikkor 70-200mm f/2.8G ED-IF AF-S VR

Objectif 5: - Nikkor 50mm f/1.4D AF

Objectif 6: - Nikkor 16-85mm f/3.5-5.6G ED AF-S VR DX

Objectif 8: - Tamron AF 90mm f/2.8 SP Di macro

Flash 1: - Nikon SB-900

Flash 2: - Nikon SB-800

par PhotoGeek » Lundi 15 Septembre 2008 16:32

Bravo pour le tuto, peteshifter.
J'avoue que c'est un peu fastidieux à écrire mais du coup on rend un fier service :boo

Photos: 471
PhotoGeek

Pixelistes
Pixelistes

Messages: 1658

Inscription: 23 Mai 2005

Localisation: Le Chesnay, Yvelines

Boitier 1: - Nikon D810

Boitier 2: - Fuji X-T1

Objectif 1: - Nikkor 18-35mm f/3.5-4.5G ED AF-S

Objectif 2: - Nikkor 50mm f/1.8G AF-S

Objectif 3: - Tamron 90mm f/2.8 Macro VC USD

Objectif 4: - Fujinon XF18-55mm F2.8-4 R LM OIS

Objectif 5: - Fujinon XF 35mm f/1.4 R

Objectif 6: - Fujinon XF 56mm f/1.2 R

Flash 1: - Nikon SB-800

Flash 2: - Nikon SB-800

Flash 3: - Nikon SB-800

par pascom » Mardi 16 Septembre 2008 10:39

C'est bien! Merci ;)

Photos: 2743
pascom

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 22960

Inscription: 20 Déc 2005

Localisation: Gironde

par peteshifter » Mardi 16 Septembre 2008 10:51

Y avait une boulette dans le premier histogramme.
Nouvelle version corrigée. Désolé :oops:

Photos: 488
peteshifter

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 8296

Inscription: 08 Fév 2008

Localisation: Savigny/Orge (91)

Boitier 1: - Nikon D800

Boitier 2: - Nikon F100

Objectif 1: - Nikkor 16-35mm f/4G ED VR II AF-S

Objectif 2: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 3: - Nikkor 70-200mm f/2.8G ED-IF AF-S VR

Objectif 5: - Nikkor 50mm f/1.4D AF

Objectif 6: - Nikkor 16-85mm f/3.5-5.6G ED AF-S VR DX

Objectif 8: - Tamron AF 90mm f/2.8 SP Di macro

Flash 1: - Nikon SB-900

Flash 2: - Nikon SB-800

par cyrille777 » Mardi 16 Septembre 2008 18:25

Bel article peteshifter, :super12:

Photos: 1108
cyrille777

PIXELISTES
PIXELISTES

Messages: 27447

Inscription: 26 Déc 2007

Localisation: 95 - val d'oise

Boitier 1: - D90

Boitier 2: - D300s

Boitier 3: - D3

Objectif 1: - Tokina 12-24 f/4 AT-X Pro

Objectif 2: - Nik 18-105mm f/3.5-5.6G ED AF-S VR DX

Objectif 3: - Nik 70-200mm f/2.8G ED-IF AF-S VR

Objectif 4: - Nik 50mm f/1.4D AF

Objectif 5: - Nik 300mm f/4 ED-IF AF-S

Objectif 6: - Tam AF 17-35mm f/2.8-4 SP Di

Objectif 7: - Nik 500mm f/4G ED AF-S VR

Flash 1: - SB-800

Mes photos : A plumes et à poils...

Exilé volontaire d'un continent sans nom, j'ecris dans la marge des maux dits...

Photos: 488
peteshifter

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 8296

Inscription: 08 Fév 2008

Localisation: Savigny/Orge (91)

Boitier 1: - Nikon D800

Boitier 2: - Nikon F100

Objectif 1: - Nikkor 16-35mm f/4G ED VR II AF-S

Objectif 2: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 3: - Nikkor 70-200mm f/2.8G ED-IF AF-S VR

Objectif 5: - Nikkor 50mm f/1.4D AF

Objectif 6: - Nikkor 16-85mm f/3.5-5.6G ED AF-S VR DX

Objectif 8: - Tamron AF 90mm f/2.8 SP Di macro

Flash 1: - Nikon SB-900

Flash 2: - Nikon SB-800

par peteshifter » Mercredi 24 Septembre 2008 8:47

Texte et images mis "en dur" dans le topic pour une meilleure lisibilité.

Photos: 488
peteshifter

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 8296

Inscription: 08 Fév 2008

Localisation: Savigny/Orge (91)

Boitier 1: - Nikon D800

Boitier 2: - Nikon F100

Objectif 1: - Nikkor 16-35mm f/4G ED VR II AF-S

Objectif 2: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 3: - Nikkor 70-200mm f/2.8G ED-IF AF-S VR

Objectif 5: - Nikkor 50mm f/1.4D AF

Objectif 6: - Nikkor 16-85mm f/3.5-5.6G ED AF-S VR DX

Objectif 8: - Tamron AF 90mm f/2.8 SP Di macro

Flash 1: - Nikon SB-900

Flash 2: - Nikon SB-800

par startoof » Vendredi 26 Septembre 2008 1:53

Tout simplement merci !

Photos: 6
startoof

P.........
P.........

Messages: 18

Inscription: 25 Sep 2008

Localisation: Clamart, 92 à 5 minutes de Paris

Objectif 1:

par freddelyon » Dimanche 05 Octobre 2008 20:45

instructif, bien ecrit..joli boulot, et pour moi debutant... qui m'apporte beaucoup.

Merci.

Photos: 869
freddelyon

Pixelistes
Pixelistes

Messages: 4497

Inscription: 02 Jan 2006

Localisation: lyon

Boitier 1: - F401X

Boitier 2: - D50

Boitier 3: - D90

Objectif 1: - Nik 50mm f/1.4 AF

Objectif 2: - Nik 18-105mm f/3.5-5.6G ED AF-S VR DX

Objectif 3: - Nik 35-70mm f/3,3-4,5 AF

Objectif 4: - Nik 70-210mm f/4-5,6 AF

Objectif 5: - Sig 10-20mm f/4-5.6 EX DC HSM

Objectif 6: - Sig 70-300mm f/4-5.6 DG APO Macro

Objectif 7: - Micro-Nik 105mm f/2.8G AF-S VR IF-ED

Objectif 8: - Nik 80-200mm f/2.8 ED AF

Flash 1: - Sigma EF-500 DG ST

fil d'essai / inclassables / petit carnet Guyanais /
deboires du noir
un voyage de 5000 km, commence toujours par un premier pas.

par GTGuillaume » Mardi 14 Octobre 2008 11:40

Bonjour,

Comment faites vous pour faire un "mélange des deux". J'utilise cette technique mais avec un logiciel pour faire du HDR...

A bientôt.

Photos: 150
GTGuillaume

Pixeliste.
Pixeliste.

Messages: 875

Inscription: 19 Mar 2008

Localisation: Saint Aygulf (Var)

Boitier 1: - D40

Objectif 1: - Nik 35mm f/1.8G AF-S DX

Objectif 2: - Nik 18-55mm f/3.5-5.6G ED AF-S DX II

Objectif 3: - Nik 55-200mm f/4-5.6G ED AF-S VR DX

par lviatour » Mardi 14 Octobre 2008 11:44

Bel article simple et clair ;)

Photos: 1468
lviatour

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 11981

Inscription: 27 Nov 2006

Localisation: Belgique (Bruxelles et Hamois)

Boitier 1: - Nikon D4s

Boitier 2: - Nikon D4

Boitier 3: - Nikon D90

Boitier 4: - Nikon FE

Boitier 5: - Nikon Nikkormat FT3

Objectif 1: - Nikkor 14-24mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 2: - Nikkor 14-24mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 3: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 4: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 5: - Nikkor 70-200mm f/2.8G ED AF-S VRII

Objectif 6: - Nikkor 50mm f/1.4G AF-S

Objectif 7: - Nikkor 85mm f/1,4G AF-S

Objectif 8: - Micro Nikkor 60mm f/2.8 ED AF-S

Objectif 9: - Nikkor 600mm f/4G ED AF-S VR

Objectif 10: - Sigma 150mm f/2.8 DG EX

Flash 1: - Nikon SB-900

Flash 2: - Nikon SB-700

Flash 3: - Nikon SB-700

Flash 4: - Nikon SB-600

TC 2: - SIGMA Teleconvertisseur 2× APO EX

TC 3: - KENKO 1,4X Pro 300 Nikon AF DG

TC 5: - SIGMA Teleconvertisseur 1,4× APO EX

par lviatour » Mardi 14 Octobre 2008 11:46

GTGuillaume a écrit:Bonjour,

Comment faites vous pour faire un "mélange des deux". J'utilise cette technique mais avec un logiciel pour faire du HDR...

A bientôt.


Il ne mélange pas les deux. Il utilise la deuxième et grâce au raw va chercher les informations dans la zone trop claire grâce aux nombre plus élevé de bits. C'est le gros avantage du raw tu as quasi du HDR mais en une seule photo et bien plus net qu'un mix de trois photos ou il y a souvent des défauts d'alignements.

Photos: 1468
lviatour

Membre VIP
Membre VIP

Messages: 11981

Inscription: 27 Nov 2006

Localisation: Belgique (Bruxelles et Hamois)

Boitier 1: - Nikon D4s

Boitier 2: - Nikon D4

Boitier 3: - Nikon D90

Boitier 4: - Nikon FE

Boitier 5: - Nikon Nikkormat FT3

Objectif 1: - Nikkor 14-24mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 2: - Nikkor 14-24mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 3: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 4: - Nikkor 24-70mm f/2.8G ED AF-S

Objectif 5: - Nikkor 70-200mm f/2.8G ED AF-S VRII

Objectif 6: - Nikkor 50mm f/1.4G AF-S

Objectif 7: - Nikkor 85mm f/1,4G AF-S

Objectif 8: - Micro Nikkor 60mm f/2.8 ED AF-S

Objectif 9: - Nikkor 600mm f/4G ED AF-S VR

Objectif 10: - Sigma 150mm f/2.8 DG EX

Flash 1: - Nikon SB-900

Flash 2: - Nikon SB-700

Flash 3: - Nikon SB-700

Flash 4: - Nikon SB-600

TC 2: - SIGMA Teleconvertisseur 2× APO EX

TC 3: - KENKO 1,4X Pro 300 Nikon AF DG

TC 5: - SIGMA Teleconvertisseur 1,4× APO EX

Dernière édition par lviatour le Mardi 14 Octobre 2008 14:59, édité 1 fois.

par chafpa » Mardi 14 Octobre 2008 14:56

Fort instructif :boo

Photos: 1
chafpa

Pixelistes
Pixelistes

Messages: 4203

Inscription: 29 Mai 2008

Localisation: Aux pieds des Vosges côté Alsace

Boitier 1: - Nikon D90

Objectif 1: - Nikkor 35mm f/1.8G AF-S DX

Objectif 2: - Nikkor 16-85mm f/3.5-6G ED AF-S VR DX

Objectif 3: - Nikkor 70-300mm f/4-5.6G AF

Objectif 4: - Sigma 8-16mm f/4.5-5.6 DC HSM

Poster une réponse
Suivante

Poster une réponse

Citer la selection
 

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron